Argenteuil : moment de partage entre gens d’ici et d’ailleurs

Delaram et Catherine

Les chrétiens catholiques membres de la paroisse Notre Dame de Lourdes à Argenteuil ont organisé une rencontre avec des personnes migrantes, dimanche 18 mars 2018. C’était « riche en partage » raconte Delaram, une jeune protestante active au sein de l’église située rue Henri Barbusse, « le Seigneur fait de grandes choses même dans des pays où les personnes n’entendent pas parler de l’Evangile librement ». « Nous sommes que de passage », rappelle Marie, qui fréquente cette même église, « Dieu sait pourquoi Il permet certaines épreuves même dans le parcours de migration ».

Après un rapide rappel du nouveau projet de loi asile-immigration, une famille iranienne, une famille algérienne et un homme turc ont relaté leur parcours migratoire. Avec l’aide de Dieu et de personnes animées de bonne volonté, ils arrivent à cheminer petit à petit en France. Celui qui vient de Turquie aime la culture française et souhaite étudier le droit à la faculté de la Sorbonne. Le petit garçon de 10 ans qui vient d’Algérie rêve d’être pilote d’avion ! Cette « détermination » et ce « courage » ont beaucoup touché Catherine, qui fréquente la paroisse Notre Dame de Lourdes : « cette foi les porte et les amène à dépasser les frontières ».

«Pourquoi avez-vous quitté votre pays ? Pourquoi avoir choisi la France ? Comment ça se passe pour le logement ? Souhaitez-vous apprendre le français ?» Un exemple des quelques questions posées aux invités de cet après-midi ; et ils ont été remerciés chaleureusement pour avoir répondu à toutes nos interrogations.

Tous ne sont pas chrétiens mais cela n’a pas empêché de « prendre un temps fraternel » une fois les témoignages terminées : « on a échangé nos coordonnées pour se voir et faire d’autres événements » explique Delaram. D’ailleurs, cette réunion était ouverte à tous. Latifa, musulmane, s’inquiète pour « ce petit garçon de 10 ans » qui « a complètement oublié d’où il vient » . « C’est inadmissible qu’un enfant souffre alors que l’Algérie, ce n’est pas encore un pays en guerre ». Catherine a bien accroché avec le réfugié politique turc « Il attend beaucoup de nous (…) On va essayer de voir comment on peut faire pour l’aider ».

C’est certain, ce rendez-vous a permis de tisser des liens. Que Dieu nous aide à se supporter les uns les autres.

Pour écouter les voix de Catherine, Delaram, Latifa et Marie, cliquez sur le lien suivant : Ecouter le fichier audio

Article écrit par Sandra JEAN-PIERRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *